La nécessité des commentaires

Je suis tombé sur cet article, expliquant en quoi les générateurs de blogs statiques, comme Pelican (utilisé ici même) étaient un danger pour le logiciel libre. En gros, c’est centré sur l’absence de commentaires, hormis en passant par un service tiers intégré en javascript (comme disqus). Je ne suis absolument pas d’accord avec ses arguments, et, suite à un débat avec l’ami Taziden, je pense nécessaire d’expliquer mon point de vue, au sujet des commentaires et le reste.

Pour commencer, et par honnêté, je dois bien dire que le choix de me passer de commentaires a été en partie imposé par le choix technologique de Pelican. En partie seulement, parce que c’est moi qui ai fait ce choix, en connaissance de cause.

Revenons aux principes du blog

Aujourd’hui, tout internaute lisant des blogs est habitué à pouvoir laisser son avis sur un billet en bas de celui-ci. Cette habitude provient des moteurs de blog très utilisés, comme Wordpress, ayant intégré cette fonctionnalité. Mais ne cédons pas à la généralisation technologique. Je me souviens encore de l’époque où « un blog » signifiait un truc sur « .skyblog.com », la fameuse plateforme infestée de contenus d’une médiocrité infinie. Aujourd’hui, on pourrait remplacer Skyblog par Wordpress. On a indéniablement évolué, étant donné que Wordpress est un logiciel libre, et qu’une importante partie des blogs existants sous cette plateforme sont hébergés sur des serveurs persos. Mais dans l’idée, on tend quand même vers cette généralisation : un blog a nécessairement des commentaires, comme un moteur de recherche, des catégories, mots-clés, etc.

Mais pourquoi serait-ce le cas ? Un blog, ce n’est rien de plus qu’un journal personnel. Un site web rédactionnel, peu importe que le contenu soit de la veille technologique, des opinions politiques, ou des créations artistiques. En fait, c’est un espace d’expression pour l’auteur, qui en fait ce qu’il veut. Les moyens techniques pour arriver là sont : le protocole HTTP, et le langage HTML. Le web, en somme, ni plus ni moins. Un simple éditeur de texte, un coin sur un serveur web, et on peut écrire une page basique, et du contenu à l’intérieur. On a un blog, pas moins vrai que le wordpress du voisin ou celui-ci. Un blog n’a donc pas à avoir de fonctionnalités particulières.

La valeur des échanges

Évidemment, je ne cherche pas à nier l’importance des commentaires de blog, parfois bien plus intéressants que l’article lui-même, souvent enrichissants, pour l’auteur et les lecteurs, qui assistent alors à la continuité d’un éventuel débat lancé par le billet, ou des corrections, ajouts, etc…

Mais il s’agit de quelque chose qu’on ne remet pas en question. Les commentaires vont sous l’article, et (Wordpress y a beaucoup contribué) ils sont structurés de façon conventionnelle : un fil de messages chronologiquement ordonnés, avec parfois des avatars récupérés depuis un service tiers fermé (dont le traitement des données personnelles est douteux), parfois avec la possibilité de répondre à un commentaire particulier… Cette dernière fonctionnalité est intéressante, parce qu’elle permet à la discussion d’évoluer. D’un échange entre l’auteur et ses lecteurs, on peut obtenir un débat autonome, mais restant posté sur le blog.

L’avis de Taziden là-dessus est qu’il est indispensable pour un blog de proposer une fonctionnalité de commentaires. Pour moi, c’est plus une habitude tenace qu’un besoin. Pourquoi ne remettrait-on pas plutôt en question cette fonctionnalité, pour la faire évoluer ? Pourquoi, au lieu de commentaires, ne pas développer un système d’annotations collaboratives, fonctionnant telles des calques sur le billet, pour enrichir l’article directement, comme on le peut le faire avec Etherpad ? Il s’agit d’une simple idée d’évolution, et je regrette que si peu de projets aient le courage de remettre à plat les usages et habitudes pour proposer quelque chose de novateur (en cela, le projet Discourse m’intéresse énormément), plutôt que de se sentir obligés d’intégrer les fonctionnalités « habituelles ».

Malgré cela, un blog reste un espace personnel. C’est l’espace de l’auteur. Celui-ci ne souhaite pas nécessairement que ses articles soient commentés. Il arrive d’ailleurs parfois d’écrire pour soi-même, et pas pour être lu. Les commentaires sous un billet sont quelque chose que l’auteur peut proposer. C’est un service supplémentaire. Souvent très enrichissant, mais toujours optionnel. Il n’y a pas, je pense, lieu d’exiger de quelqu’un qu’il mette à disposition un tel service, sous prétexte qu’il blogue. Et c’est tout à fait normal, un blog n’est pas un service public ou quelque chose de démocratique.

INTERNEEEEET

J’ai une confidence à vous faire : mon blog permet les commentaires. D’ailleurs, il en a régulièrement. Le fait qu’ils ne soient pas nécessairement écrits sous chaque billet ne les rend pas inexistants ou invisibles.

Après la publication d’une grande partie de mes billets, il m’arrive de recevoir un mail (chiffré ♥) contenant des remarques sur celui-ci, et avec un patch attaché, contenant des corrections de forme. Je trouve ça génial, et ce n’est pas le genre de chose qui aurait été possible avec un Wordpress. Mais encore, lorsque je publie, je diffuse l’article sur plusieurs canaux, comme IRC ou Statusnet (qui est ensuite renvoyé sur Twitter, qui est fermé), ou encore des mailing-lists. Là, les retours se font, les discussions, débats ou trolls, selon le sujet, se lancent. Et je n’ai aucun contrôle dessus. C’est quelque chose de fondamental. Sur mon blog, je peux valider, dévalider, supprimer, bannir quelqu’un, parce que j’en ai le contrôle (après tout, c’est mon espace). Mais une des grandes forces d’Internet, c’est que la communication est possible, quel qu’en soit le moyen. Je suis fortement attaché à la liberté d’expression, vous le savez. Et je considère simplement qu’on est plus libre de discuter par le moyen ou protocole qu’on veut, plutôt que de façon centralisée sur un site.

Disqus ? CÉMAL !

À ce titre, la solution proposée, notamment par Pelican, pour permettre les commentaires, est généralement le service Disqus. Il s’agit d’une application chargée en javascript qui va permettre de commenter un article via un service externe. Ce service est totalement centralisé, fermé, et sous son propre contrôle. J’ignore si un blogueur a la possibilité de supprimer un commentaire posté sur disqus, mais je sais que la plateforme elle-même a ce droit. Et je ne sais pas qui est derrière. Qu’est-ce qui me garantit que Disqus ne considèrera pas unilatéralement que mon commentaire est un spam, ou contrevient à son éthique ?

L’auteur de l’article évoqué plus haut appelle au développement d’un équivalent libre à Disqus. À cela, je réponds « NOPE NOPE NOPE NOPE ». Un service tiers centralisé, qu’il soit libre ou non, c’est mal. Ne serait-ce que parce que, peu importe sa licence, je ne connais pas les personnes qui s’en occupent. Je n’ai aucune garantie sur le service : est-ce qu’il risque de tomber en panne et ainsi rendre inopérables les commentaires sur un grand nombre de blogs ? Est-ce que les données sont sécurisées ? Est-ce que le service ne risque pas de fermer du jour au lendemain ?

Ceci dit, je suis mauvaise langue. Rien n’empêche la création d’un service de commentaires décentralisé, que l’on pourrait installer sur son propre serveur pour servir ses propres commentaires. Ce serait une solution acceptable. Mais l’inclusion dans le blog se ferait en javascript, ce qui n’est pas très accessible. Je préfère me passer de javascript autant que possible, donc je n’utiliserais vraisemblablement pas une telle solution.

Au lieu de cela, je laisse les retours se faire naturellement. On est sur Internet, bon sang, les moyens de communication ne manquent pas. En réagissant par le biais de protocoles plus adaptés pour ça, on ne dépend plus du blog, de son auteur, d’un service tiers, et de tous les risques de censure en découlant.

Un autre avantage indirect est la possibilité de développer son avis par un autre billet de blog qui se présentera en réponse du premier. Cela favorise la discussion, qui est alors d’autant plus profonde qu’elle ne pourrait l’être en 140 caractères. Mon dernier billet est dans ce cas : je voulais répondre en commentaire à Numendil, mais il les avait désactivés, alors j’ai pris le temps de faire un billet complet.

On n’est pas dans une salle de conférence

On m’a rétorqué qu’il était important que les commentaires soient proposés par le blog lui-même, en faisant le parallèle avec une conférence, où le public est invités à la fin à poser des questions. Cela n’a, pour moi, pas plus de sens que la tristement célèbre comparaison entre Internet et une autoroute. Les contraintes physiques n’ont juste rien à voir. Une conférence se déroule dans un lieu clos et défini, à un moment défini, et les personnes, pour se faire entendre, parlent l’une après l’autre, et s’adressent au conférencier. Un blog n’a aucune de ces contraintes. Par ailleurs, à certaines conférences auxquelles j’ai pu participer (comme Passage En Seine), les retours se faisaient aussi sur IRC, donc leur décentralisation est déjà possibe IRL, donc je ne vois pas le problème de laisser les retours se faire ailleurs que sous l’article.

Bad-buzz friendly

Il n’y a pas que de gentils barbus (visuel non contractuel) qui s’expriment sur les Internets. Il y a aussi des politiques vaguement pourris, des boîtes qui cherchent à nous plumer sans trop que ça se voie, bref des gens qui ont un intérêt économique (entre autres) à ce qu’on ne leur crache pas trop bruyamment dessus. Et donc qui n’hésiteront pas à modérer sévèrement les moyens de communications qu’ils daignent mettre en place, pour éviter tout débordement ou diffusion d’une mauvaise image. Dans ce cas, l’utilisation de canaux tiers est parfaitement indispensable, parce que certaines choses méritent d’être sues. Si on se limite aux moyens autorisés, ce n’est plus du minitel 2.0 qu’on utilise, mais de la télé 2.0, où les diffuseurs sélectionnent ce qui a le droit d’être dit. C’est un modèle du passé, et il faut absolument éviter de restreindre la communication sur Internet à ces espaces de discussion qu’on veut bien nous laisser.

Donc non, un blog statique ne nuit pas au logiciel libre. À l’inverse, il encourage à l’utilisation épanouie d’Internet, c’est à dire à la décentralisation des échanges, à l’utilisation de protocoles prévus pour ça.